Ciné

Publié le 23 février 2012 | par Mr Méchant

1

Alone in the Dark

Il y a des films comme ça, qui bien qu’ils eurent été élevés au rang de culte outre-atlantique, n’ont jamais atteint nos rives, et hormis un import Z1 non sous-titré, aucune autre possibilité de le voir ne vous sera offerte (si ce n’est lors de l’Etrange Festival, comme ce fut le cas en 2011). Surfant sur la mode du façon Vendredi 13 ou Halloween, la pellicule, dirigée par l’inconnu Jack Sholder (qui nous aura servi plus tard l’excellent Hidden), nous plonge vite dans le bain au travers d’une scène des plus curieuses, puisque c’est un rêve. On pense à Halloween 2, puis, comme si un doute subsistait, Donald Pleasence est de la partie, parodiant le rôle qu’il tenait face au tueur d’Haddonfield, pipe à marijuana au bec, et toujours enclin aux irresponsabilités, comme filer une boite d’allumette à un fou qui s’empressera d’aller foutre le feu. Puis vient la coupure générale dans la ville, justifiant le titre, et permettant à notre de bande de trublions de s’échapper de l’asile afin de pourchasser leurs toubibs et les envoyer ad-patres. Un petit passage à l’armurerie s’imposera, et dans la continuité de la parodie, Sholder nous offrira une scène de frénésie totale où la population s’empressera de dévaliser les magasins comme dans tout bon film apocalyptique qui se mérite, ce qui fera évidemment sourire, tant cette apocalypse paraît désuète. Point important de la trame, et pourtant vite oublié, les tueurs sont quatre, or le dernier ne sera jamais montré, cachant vite son visage avec un masque de hockey, et ça sera finalement au moment où l’on s’y attendra le moins qu’il réapparaîtra.

Bref, Alone in the Dark fait partie de ces films trop sous-estimés, pour ne pas dire tombés dans l’oubli, alors qu’il avait pourtant tout ce qu’il fallait pour en faire un produit culte également chez nous. On se montrera assez déçus par un gore trop peu présent, les protagonistes étant hors-champ au moment où les coups seront assénés (malgré une scène de strangulation servie par un Erland van Lidth effrayant), mais reste néanmoins certains judicieux moments de frissons tranchant littéralement avec le côté parodique de l’oeuvre. Il suffira de voir la scène où une jeune femme se retrouvera pétrifiée sur son lit, le tueur étant en dessous, et donnant des coups de couteaux au-travers du matelas, tentant de l’atteindre. Puis il y a cette scène de siège final, dont le rythme est volontairement cassé par l’arrivée d’un Donald Pleasence complètement stone ainsi que par une fillette qui profite de l’occasion pour réclamer du valium, avant que les choses repartent jusqu’à une surprise inattendue.

Le seul vrai grief que l’on pourrait avoir à son encontre sera les quelques baisses de régime, notamment dans sa première partie, Sholder ne sachant pas trop comment faire démarrer les joyeusetés, et s’endormant un peu trop sur son casting, car oui, le gros atout de ce film est son casting réunissant quatre tronches inoubliables du cinéma. On a Donald Pleasence, puis vient s’ajouter à lui Dwight Schultz, plus connu sous le nom de Looping dans L’agence tous risques, mais surtout Jack Palance, dont le personnage est le plus dur à cerner, et évidemment , incarnant un prêcheur fou comme l’on en trouve que dans les vieux westerns, et véritable mur portant qui viendra solidifier le tout grâce à ses mimiques de taré, chose dont il est l’un des maîtres. Moins connu, le troisième est Erland van Lidth, catcheur professionnel dont on se rappellera surtout pour son rôle dans Running Man (il est d’ailleurs mort en 1987, la même année de la sortie en salles de celui-ci). Pour le dernier, nous n’en parlerons pas, afin de ne pas vous gâcher la surprise.
Pour conclure, les grands maniaques de slashers à la sauce eighties auront là une bonne parodie, bien plus fine et amusante que les Scary Movie et autres productions à l’humour facile. Les autres auront du mal à appréhender la chose, tant elle oscille entre , épouvante et , n’aidant pas le spectateur à savoir sur quel pied danser.
Mention spéciale pour le quatuor composé par Pleasence, Palance, Landau et Schultz. Choisis avec ingéniosité, ils auront su insuffler à l’oeuvre la touche nécessaire afin de la rendre immortelle, ce qu’elle leur aura rendu, puisqu’elle aura permis à ceux-ci de relancer leur carrière à un moment où elle était au point mort.

Alone in the Dark Mr Méchant

En bref...

3.5


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d’Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l’occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



  • Erreur, commentaire à supprimer.

Genre : Horreur, Thriller
Réalisation : Jack Sholder
Scénario : Jack Sholder
Bande-originale : Renato Serio
Durée : 92 min
Année de production : 1982
Sortie pays d'origine : 12/11/1982
Sortie française : nc
Certification US : R
Certification FR : nc
Budget : 20.000.000$
Box-Office : 8.178.569$
Production : New Line Cinema, Masada Productions
Récompenses : 1 victoire.
Pays : États-Unis
Site Web : nc
Langue originale : Anglais, Espagnol
Titre original : Alone in the Dark
Distribution : Jack Palance, Donald Pleasence, Martin Landau, Dwight Schultz
Synopsis : Les docteurs "Leo Bain" & "Dan Potter" travaillent dans un hôpital psychiatrique dangereux. Quand une coupure d'électricité intervient et débarquent quatre anciens patients. Ils accusent les docteurs de mauvais traitements sur eux dans le passé.
Voir la fiche IMDb

Galerie photo


Alone in the Dark - Bande-annonce VO

Loading the player...
Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Something is wrong. Response takes too long or there is JS error. Press Ctrl+Shift+J or Cmd+Shift+J on a Mac.
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

  • Voilà ce qu’on aime…

    79 Batman-Bad-Blood-Front punisher-histoire-secrete-cover bill
  • Derniers articles