Ciné

Publié le 10 mai 2011 | par Mr Méchant

0

L’Oeil invisible (La mirada invisible)

I can see you.

(Date de sortie cinéma : 11 mai 2011 – Titre original : La mirada invisible)

Adaptée du roman Ciencias Morales (Sciences Morales) de , ayant reçu 4 nominations lors de la Quinzaine des Réalisateurs, et s’attaquant au dur sujet de la dictature et de la subversion, L’œil invisible était une œuvre attendue avec impatience, et immanquable.
Buenos Aires, mars 1982. Dans les rues de la capitale , la dictature militaire est contestée. María Teresa () est surveillante au Lycée National de Buenos Aires, l’école qui forme les futures classes dirigeantes du pays. Elle a 23 ans et veut bien faire. M. Biasutto (), le surveillant en chef, décèle tout de suite en elle l’employée zélée qu’il attendait et lui apprend à être l’œil qui voit tout, mais qui échappe aux regards des autres : l’œil invisible.
María Teresa se lance alors dans une surveillance acharnée de ce petit monde clos, imaginant, décelant, traquant…


De prime abord, on pourrait s’attendre à une resucée du Cercle des Poètes Disparus, le contexte étant propice, mais l’on s’en écarte très vite. Dès les premières minutes le mot est lâché, la « subversion ». Tout comme un despote, le surveillant principal commande ses troupes d’une main de fer, et veut lutter contre toutes formes de subversion. María Teresa, sa « lieutenante », est son courroux, mais comme dans toute hiérarchie militaire ou non, des maillons peuvent être faibles, ou forts, suivant la façon dont on l’interprète. Tout juste adulte, vierge, elle cache derrière une façade austère tout un lot de frustrations, et comme toute personne subitement puissante, elle tentera de les combler. Métaphore de l’état militaire et despotique dans lequel était plongée l’, ce lycée tient lieu de microcosme pour mieux appréhender les événements extérieurs, le contexte étant similaire, mais simplifié. Incroyablement froide, et en apparence feutrée, l’oeuvre agit sans cesse tel un œil invisible, nous montrant les moindres moments d’intimités, allant même jusqu’au voyeurisme, afin de ne rien cacher au spectateur et révéler les non-dits.
Le réalisateur et scénariste, , nous laisse également entrevoir une certaine lassitude de cette population, au travers de multiples effets de répétitions, dont notamment chaque trajets en bus que fera notre héroïne pour rentrer chez elle, rythmés par ses limages d’ongles, et en profitera par la même occasion pour utiliser le revolver de Chekhov.


Bref, L’œil invisible est une oeuvre intéressante, à demi-muette, les actes de chacun étant filmés de façon subtile, nous faisant ressentir cette pression que peuvent éprouver ces intervenants, aptes à la délation, tout comme leurs supérieurs, terrorisés par une paranoïa constante. A chaque étage quelqu’un est un œil invisible, et la moindre tolérance envers une infraction pourra être perçue comme une marque de subversion par celui qui est au-dessus de vous, tel une épée de Damoclès — concept applicable pas seulement à l’, mais aussi à toutes les formes de despotisme qui ont eu, ou peuvent avoir lieu.
On notera également que le choix d’une femme en tant que personnage principal n’ait certainement pas été anodin, les conditions sociales d’un pays se reflétant souvent bien mieux au travers de la place qui est laissé aux femmes.
D’un point de vue technique il n’y a rien non plus à reprocher, la photo étant dans le ton, utilisant une dominante de couleurs froides, et l’on saluera les interprétations de qualité qui nous sont servies par le duo Osmar Núñez et .
Pour conclure, les amateurs de descriptions de sociétés sous formes de métaphores trouveront un certain plaisir à comprendre un peu mieux l’ de cette époque. Néanmoins, de par son approche particulière, maussade et austère, il y a fort à parier que bon nombre de personnes ne se montreront que peu réceptive.
Mention spéciale pour , semblant être taillée pour ce rôle, au faciès triste et virginal, incarnant parfaitement le visage de cette malade.

[rating:7.5]

L’Oeil invisible (La mirada invisible) Mr Méchant

En bref...

3.5


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d'Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l'occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



Genre : Drame
Réalisation : Diego Lerman
Scénario : Martín Kohan, Diego Lerman, María Meira
Bande-originale : nc
Durée : 97 min
Année de production : 2010
Sortie pays d'origine : 19/08/2010
Sortie française : 10/05/2011
Certification US : nc
Certification FR : nc
Budget : nc
Box-Office : nc
Production : El Campo Cine, MMM Film Zimmermann & Co., Factor RH Producciones, Agat Films & Cie
Récompenses : 5 victoires & 16 nominations.
Pays : Argentine, France, Espagne
Site Web : nc
Langue originale : Espagnol
Titre original : The Invisible Eye
Distribution : Julieta Zylberberg, Ailín Salas, Magdalena Capobianco, Osmar Núñez
Synopsis : Buenos Aires, mars 1982. Dans les rues de la capitale argentine, la dictature militaire est contestée. María Teresa est surveillante au Lycée National de Buenos Aires, l’école qui forme les futures classes dirigeantes du pays. Elle a 23 ans et veut bien faire. M. Biasutto, le surveillant en chef, décèle tout de suite en elle l’employée zélée qu’il attendait et lui apprend à être l’oeil qui voit tout, mais qui échappe aux regards des autres : l’oeil invisible. María Teresa se lance alors dans une surveillance acharnée de ce petit monde clos, imaginant, décelant, traquant...
Voir la fiche IMDb

Galerie photo


L'Oeil invisible - Bande-annonce VOST

Loading the player...
Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Something is wrong.
    Instagram token error.
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

  • Voilà ce qu’on aime…

    38 52 Punisher-BRD-Front anger-of-the-dead-Front
  • Derniers articles