Action

Publié le 28 février 2012 | par Mr Méchant

15

Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne

Après un Indiana Jones 4 qui avait consterné la génération qui avait adulé le célèbre Docteur en archéologie, Steven Spielberg avait probablement dans l’idée de se faire pardonner en nous servant un film renouant avec ses origines, tout en proposant un personnage différent, à savoir le fameux reporter Belge, Tintin. Une adaptation qui faisait aussi peur qu’elle était bienvenue, le rouquin n’ayant à son actif qu’une série télévisée honorable et des films pas mauvais mais ayant pas mal vieilli, et il faut bien reconnaître que techniquement, ce Tintin surpasse tous les films d’animations sortis jusqu’ici, mais hélas, vise totalement à côté. Tout ce qu’Indy a pu vivre nous est resservi dans ce long-métrage qui ressemble plus à une longue compilation de ses faits d’armes qu’un film à proprement parler. Pas d’humour subtil, pas d’enquête, en fait Spielberg n’a rien compris à la BD, ou s’est simplement arrêté à la couverture, et nous a servi une succession de scènes d’ qui s’enchaînent à une vitesse effrénée, changeant constamment de décors grâce à des excuses pas toujours pertinentes, à la façon d’un mauvais jeu-vidéo, et finalement achève le spectateur tant le visuel se montre abrutissant.

Bref, Les aventures de Tintin Le secret de la Licorne est ce que l’on appelle une belle foirade, pour ne pas dire un viol. Non content de faire une mauvaise adaptation, Spielberg fait un mauvais film, ce qui après Hook, Le Monde Perdu ou encore A.I., semble être une habitude chez le cinéaste. D’ailleurs le générique d’introduction (inter)minable rythmé par une musique dégueulasse nous annonçait à quel point ça allait être mauvais (pourtant il suffisait de resservir celui de la série, ça aurait pu au moins rassurer le spectateur). La technique est là, et Spielberg s’amuse à balancer des coups de pieds dans le château de cartes qu’avait bâti Robert Zemeckis au fil des années, mais à trop faire dans la démesure, il en oublie ses personnages, qui ne finissent par être que des pantins totalement dépourvus d’âme, ou de grossières caricatures, se limitant à faire des cascades dans tous les sens, afin d’éviter les incessantes explosions qui nous donneraient presque l’impression d’être dans un film de Michael Bay, mais en plus pathétique. En fait le réalisateur ne sait pas ce que c’est que l’, il croit que c’est tout faire péter, or dans Tintin, l’ est toujours le son de cloche d’une progression de l’enquête, hélas cette dernière est presque totalement inexistante, pour ne pas dire infantile et crétine, un peu comme un épisode de Franklin.
Reste une bande-son qui se rattrape un peu en cours de route, mais nous rappelle affreusement à quel point John Williams tourne en rond, se contentant de nous resservir des thèmes similaires à ceux que l’on entendait il y a 30 ans quand l’intrépide archéologue recherchait l’arche perdue.
Pour conclure, à moins d’aimer les spectacles allant à 100 à l’heure sans jamais s’arrêter, quitte à rendre épileptique, vous aurez du mal à adhérer à cette attraction trop instable pour être honnête. A l’inverse, si ce sont les hilarantes répliques signées Hergé ou l’aspect aventureux de Tintin qui vous attirent, évitez cette production qui n’est qu’un viol du personnage à la houppette, et rabattez-vous sur la série animée, ça vous évitera de longues phases de consternation.
Mention spéciale pour la technique, car bien que le tout ne laisse que peu le temps d’en admirer les décors, livre pourtant certains moments de photoréalisme réellement impressionnant, les séquences en mer en étant l’exemple le plus flagrant.

Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne Mr Méchant

En bref...

1


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d’Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l’occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



  • Spif

    salut ! je compatis totalement avec ta critique !!!! mais surtout quelle ennui devant se film …………..!

    • Mr_Mechant

      Carrément. Le pire c’est que la seule vraie pause du film est durant le concert de la Castafiore, ennuyeux au possible, tout comme son personnage, manquant totalement de vanité comme c’était le cas dans la BD. Les Dupond et Dupont ne m’ont pas fait rire un instant, alors que dans chacune des BD j’attendais qu’ils arrivent pour me faire marrer.

    • Mr_Mechant

      Carrément. Le pire c’est que la seule vraie pause du film est durant le concert de la Castafiore, ennuyeux au possible, tout comme son personnage, manquant totalement de vanité comme c’était le cas dans la BD. Les Dupond et Dupont ne m’ont pas fait rire un instant, alors que dans chacune des BD j’attendais qu’ils arrivent pour me faire marrer.

  • Anon
    • Mr_Mechant

      On dirait plutôt de l’argumentum ad nauseam.

      • Daniel Sebaihia

        Bonjour, à aucun moment je n’ai pensé mon papier comme un argumentum, vu qu’il n’est pas destiné à convaincre les gens qu’il s’agit d’un bon film mais plutôt à proposer à qui le veut d’approfondir sa vision de l’oeuvre. Je donne mon avis au passage, mais l’article peut tout à fait être lu par quelqu’un n’ayant pas aimé le film et qui voudrait simplement connaitre un autre point de vue et comprendre ce que ceux l’ayant aimé peuvent y voir. J’ai essayé d’écrire le papier le plus complet possible et il sera toujours plus constructif que votre critique qui accumule les reproches fait 1000 fois ailleurs. Bonne soirée.

        • Mr_Mechant

          « ça c’est une vraie critique analyse », « il sera toujours plus constructif que votre critique »; culture, confiture et blablabla. Bonne soirée.

          • Daniel Sebaihia

            « ce Tintin surpasse tous les films d’animations sortis jusqu’ici »
            (vraiment ?)

            « Spielberg […] s’est simplement arrêté à la couverture » (30 de
            development hell pour les beaux yeux d’une couverture)

            « le réalisateur ne sait pas ce que c’est que l’aventure » (ah oui, c’est
            vrai, j’avais oublié que c’était réalisé par Micheal Bay)

            « générique d’introduction (inter)minable » (qu’est-ce que c’est drôle)

            « enquête infantile et crétine, un peu comme un épisode de Franklin » (je
            me tape le cul par terre)

            « On dirait plutôt de l’argumentum ad nauseam » (Vous m’avez achevé)

            Ignorance, complaisance et ah ah ah ! Ah oui, tiens moi aussi je peux le
            faire 🙂

            Ca c’est de la discussion ! Bonne journée.

          • Mr_Mechant

            Quand les trolls décident de balancer leur shitstorm les discussions ne deviennent que rarement intéressantes.
            Cela dit ravi de vous avoir inspiré au point de me mimer. J’aurais préféré quelqu’un de plus intéressant, mais on ne dénigre point l’insecte, aussi putride soit-il.

          • Daniel Sebaihia

            Pour reprendre les choses depuis le début, je suis venu ici car j’ai vu que mon papier avait été linké (et ça ne vient pas de moi, je précise au cas où), j’ai lu votre critique puis votre réaction à mon article, mon premier post était donc un droit de réponse tout ce qu’il y a de plus légitime (il est impossible de lire tout ce qui sort de la blogosphère culturelle amateur, mais cela ne doit pas faire oublier pour autant que nous naviguons tous dans les mêmes eaux et que si on parle de mon papier j’ai tout à fait le droit de rentrer dans la discussion). Vous déplorez maintenant que la discussion ne soit pas intéressante, mais ce n’est pas moi qui ai établi les bases de cet échange. Vous me balancez en trois mots (sans me connaitre et sans avoir lu mon papier, à n’en pas douter) que je n’ai que peu de culture et que je l’étale pour me faire mousser et argumenter ad nauseum pour tenter de convaincre tout le monde de mon point de vue, eh bien ma seule réponse est que si vous voulez vous complaire dans votre ignorance sur le projet (votre critique est remplie d’approximations sans doute parce que vous sacrifiez l’honnêteté intellectuelle à l’amour du bon mot) j’ai aussi le droit d’en rire. Estimer qu’un papier découlant de longues heures de documentation est plus constructif qu’une critique ne servant qu’à donner un avis négatif sur le film sans aucun apport informatif ou analytique c’est un constat. Si vous souhaitez le prendre comme l’expression putride d’un insecte et d’un troll, libre à vous (ça ne fait que confirmer votre malhonnêteté et la pauvreté de votre débat). Quand on écrit un papier, soit on est ouvert au commentaire (à priori je ne vous ai pas demandé de retirer le post concernant votre avis sur mon article) soit on ferme les commentaires pour éviter de voir des trolls partout. Maintenant, si vous souhaitez échanger de manière intéressante et polie sur notre divergence de points de vue et sur ce qu’elle peut nous apporter à chacun (comme dans tout débat entre intervenants de bon sens) je suis tout à fait ouvert à la discussion, mais si vous continuez à m’insulter sans autre arguments que ma supposée pauvreté culturelle, parlez tout seul. Bien cordialement, 

          • Mr_Mechant

            Déjà je ne suis pas là pour savoir qui poste quoi. Ensuite ce film j’en ai objectivement rien à foutre. J’aime Tintin, mais pas cette pellicule. Ce que vous considérez comme ignorance et approximations sont du gain de temps car je n’ai pas pour but d’écrire un article si long que personne ne le lira, mais simplement donner mon avis. Je laisse la masturbation à d’autres, comme je l’ai fait pour Sucker Punch.
            J’aurais pu faire un papier dans lequel j’aurais détaillé pourquoi Tintin surpasse tous les films d’animations et éviter de resservir la soupe sur la performance capture comme vous le faites (et entendue 1000 fois, au bas mot), et m’intéresser à l’évolution des lumières volumétriques, qui sont inédites dans Tintin, grâce aux dernières avancées de PantaRay (qui n’avait que les Deep Shadows pour Avatar et incorpore à Tintin les Soft Deep Shadows [d’où le rendu particulier du film, important, mais que vous avez totalement omis], profitant au passe du GPGPU/Cuda pour gagner en vitesse de rendu), ou encore expliquer pourquoi la séquence où les éclairs passent dans les nuages est une autre progression technique, ayant forcé Weta à faire de la R&D pour intégrer ces géométries à leur logiciel de simulation de nuages volumétriques (qui n’était pas prévu pour).
            J’aurais pu faire tout ça plus beaucoup d’autres choses, seulement si le film avait été bon, or il ne l’est pas et je suis allé à l’essentiel.
            Bien cordialement.

  • jihence

    Cette critique ne repose que très rarement sur une démonstration étayée.  Il est important de retenir que développer un avis, ce n’est pas user simplement de qualificatifs émotionnels et par trop vulgaires même si la méchanceté est le maître-mot…  De la réflexion, que diable!

    • Mr_Mechant

      Quand l’on a le sentiment d’avoir vu son enfance violée (deuxième fois avec Indy 4), dur d’éviter l’émotionnel. Je réserve la réflexion pour les films intelligents ou extrêmement cons. Point.

      • jihence

        Une enfance « violée »…Est-il nécessaire d’employer de tels termes lorsque l’on parle de création artistique ou pseudo artistique si le terme vous convient plus.  Je pense qu’il serait alors préférable d’éviter d’étaler tant d’inepties ou de propos relevant de problèmes psychologiques.  Je vous préfère dans la critique de films ayant finalement véritablement leur place sur ce site au nom évocateur.  Et puis si la critique est libre, la création l’est d’autant plus…

Genre : Animation, Action, Aventure
Réalisation : Steven Spielberg
Scénario : Edgar Wright, Joe Cornish, Steven Moffat
Bande-originale : John Williams
Durée : 107 min
Année de production : 2011
Sortie pays d'origine : 21/12/2011
Sortie française : 25/10/2011
Certification US : PG
Certification FR : U
Budget : 130.000.000$
Box-Office : 371.940.071$
Production : Paramount Pictures, Columbia Pictures, WingNut Films, Amblin Entertainment, Nickelodeon Movies
Récompenses : Nominé pour 1 Oscar. Ainsi que 22 victoires & 59 nominations.
Pays : Nouvelle-Zélande, États-Unis
Site Web : nc
Langue originale : Anglais
Titre original : The Adventures of Tintin
Distribution : Jamie Bell, Andy Serkis, Daniel Craig, Nick Frost
Synopsis : Tintin, notre intrépide reporter, son fidèle compagnon Milou et son inséparable ami le capitaine Haddock partent à la recherche d’un trésor enfoui avec l’épave d’un bateau “la Licorne”, commandé autrefois par un ancêtre du capitaine Haddock.
Voir la fiche IMDb
Metascore

Galerie photo


Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne - Bande-annonce VF

Loading the player...
Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Feed with such ID does not exist
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

    • We cannot display this gallery