Ciné

Publié le 12 septembre 2012 | par Mr Méchant

3

Prometheus

Depuis que nous sommes mômes nous avons tous eu cette envie insupportable de savoir qui était le space jockey, autrement dit le curieux pilote fossilisé que nous pouvions voir dans le vaisseau au début du premier opus d’Alien. Depuis 1979 toutes les théories ont vu le jour, d’un nombre incalculable et presque unique selon chaque spectateur. Puis la nouvelle est tombé, allait enfin répondre à toutes les questions que nous nous posions. Mais des fois ne vaut-il mieux pas que ce qui est secret le demeure, afin de mieux entretenir le mythe ? C’est une certitude, et Prometheus en est l’exemple le plus parfait.
Prenez la qualité d’Alien premier du nom, c’est réussir à mélanger un vide en terme d’action à une ambiance terrifiante. Celle d’Aliens est toute autre, c’est le gigantisme des scènes d’actions mêlées à des effets-spéciaux qui créaient un choc à l’époque.
Prometheus c’est juste le mélange parfait de ce qu’il ne fallait pas faire, on pose un vide intersidéral que l’on couple aux effets-spéciaux les plus avancés à l’heure actuelle et l’on a une belle démo technique dénuée d’intérêt venant cracher au visage d’un mythe et de millions de fans.
En plus de cela, comme si ça ne suffisait pas, tous les éléments pouvant agacer le spectateur s’enchevêtrent à l’infinie. Acteurs insupportables et peu concernés, mal dirigés, rien ne nous avait préparé à ça. agace à chacune de ses répliques, et quant à c’est à peine si son personnage a la moindre logique. Il marque des paniers en faisant du vélo, mais lorsqu’il s’agit de se déplacer il a l’air de Robocop, ou alors il ne devait pas avoir mis de selle lorsqu’il pédalait, et pour le reste il passe son temps à emmerder les gens et faire l’inverse de ce qu’on lui dit. Partant de ce point de vue on comprend parfois que les créateurs aient une envie de détruire leurs créations. Il y a aussi la jumelle de Fassbender, , qui n’est pas vraiment sa jumelle puisqu’elle est humaine, mais qui s’est dit que copier le jeu d’acteur d’un robot l’aiderait peut-être. En gros elle a autant d’expression qu’un godemichet et finalement on préfère regarder Fassbender qui arbore sans discontinuer un sourire un peu gland.
Dans la longue liste de tares de casting nous n’oublieront évidemment pas la présence de Guy Pearce qui a été grimé pour ressembler à un vieillard. Anthony Hopkins est mort ? Il refusait de jouer dans une merde aussi mal écrite ? Non il n’y a rien qui pourrait éclairer notre lanterne ?

Evidemment le pire de l’horreur ne se situe pas là, il se situe au niveau du scénario qui a visiblement été écrit par un singe golmon (ou plutôt deux, celui qui nous avait servi The Darkest Hour et le papa de Lost). Comment peut-on faire autant d’incohérences en aussi peu de temps ? Car rarement en terme de cinéma nous n’aurons vu un niveau de connerie aussi diluvien. Pourquoi a-t’il choisi une trame aussi compliquée ? Pourquoi ne pas être allé à l’essentiel et livrer une formule simple et efficace comme le premier opus ? Non, Ridley a choisi cette ignominie, et pour éviter de vous spoiler le film on va s’arrêter à la première. Nos petits bonhommes volent au dessus de la planète, un des gars repère une ligne droite et dit « c’est forcément fait par une race intelligente, Dieu ne fait pas de ligne droite ! ». Ils se posent et évidemment toutes les réponses sont là. C’est comme si un général lâchait un bidasse dans le Sahel et lui demandait d’aller trouver son larfeuille qu’il avait fait tomber d’un hélico. C’est invraisemblable, et dans Prometheus c’est au kilo qu’on vous sert de la connerie de ce niveau. Et on ne vous parlera même pas du cliffhanger qui vient prouver à quel point le vieux Ridley est usé, empruntant pour l’occasion à… Alien VS Predator ! (oui oui vous avez bien lu)
Alors oui, s’il y a bien une chose que l’on ne pourra pas enlever à Prometheus c’est sa performance visuelle. Weta et les autres compagnies qui s’en sont occupés ont servi un travail qui renvoie Avatar aux antipodes de la technique. Il suffit de voir les Ingénieurs et la méthode de rendu qui a été développée pour l’occasion. Jusqu’ici la lumière « rebondissait » sur la peau, ici elle pénètre légèrement à l’intérieur comme dans le monde réel, donnant à ces personnages un aspect vivant jusqu’alors jamais atteint. Pareil pour les séquences dans l’espace ou les compositings survoltés lors de destruction filmées de façon panoramique et révélant un véritable soucis du détail. Problème, ce soucis s’est arrêté ici et tout le reste a été bâclé et est venu entacher une mythologie, encore un peu plus que les AvP puisqu’étant une soit-disant préquel et donc affiliée totalement à la timeline de la saga.
Prometheus c’est donc l’une des multiples déceptions qu’a pu nous servir , qui en 30 ans est passé de génie à destructeur de ses propres créations, et l’arrivée d’un nouveau Blade Runner fait froid dans le dos après cette dernière production.

Tags: , , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d'Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l'occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



  • *

    ******************************

    Je viens de voir « Prométhéus » du vieux Scott. Déjà son « Alien » ne m’avait pas transcendé même si je reconnais une excellente qualité technique visuelle aux deux films.
    Outre les différentes réflexions justes du chroniqueur sur le scénario, j’ajouterai que je ne comprends pas que des terriens envoient des missions de plusieurs milliards de dollars avec un contingent d’abrutis. Par exemple, le commandant de bord fume et boit son whisky ou quelque chose de ressemblant. A la NASA, ils n’ont pas fait leur boulot quand ils ont préparé l’équipage.
    Ensuite l’un des archéologues est aussi alcoolique que le premier SDF venu.
    J’ajouterai que les personnages n’en font qu’à leur tête et la pauvre madame Vickers a beau donner des ordres, personne ne l’écoute.
    Donc, les personnages humains ou pas enfilent les bévues et tous les comportements pour faire échouer la mission. Une mission de crétins. Les types se baladent partout sans prendre de précautions comme si ils étaient dans un jardin public à New-York.
    En plus, l’équipage n’a pas été formé sur les matériels du bord : « Ah, tiens, nous avons le dernier module médical ? ! » et comme par hasard, celle qui fait cette réflexion, c’est elle qui va en avoir besoin….
    Ah là là, ils nous prennent pour des truffes, les duettistes du scénario.
    Ridley n’a pas dû lire leur bouse.

    Je me souviens de Buzz Aldrin et Neal Armstrong qui étaient autrement plus sérieux.

    A la fin, les deux donzelles regardent sans bouger l’énorme vaisseau leur tomber sur la gueule, et se mettent à courir uniquement dans le sens où se met à rouler l’appareil, comme dans les films d’horreur dans lesquels une voiture poursuit une victime, celle-ci ne part jamais latéralement. C’est énervant car nous avons déjà vu 15 millions de fois ce comportement inepte.

    Quand l’ingénieur veut leur mettre une pâtée, ils restent tous à portée de sa main. C’est compréhensible pour le vieillard, mais quid des autres ? La doctoresse et un autre type sont jetés, mais sont-ils morts ???

    Dans « ALIEN », les explorateurs découvraient des oeufs par milliers (et pas de squelettes d’humains) , et là, nous avons des jarres. Qui a fait le ménage entre les deux films pour attendre l’équipe de Ripley ?
    Dans « ALIENS » les colons ont dû araser le site car ce n’est plus le même, et ils n’ont pas dû découvrir les autres vaisseaux des ingénieurs.

    Noomi Rapace s’est faite la tête de Danielle Evenou. Dommage que celle-ci ne la double pas en français, cela aurait été rigolo !

    Bon, quand sort le deuxième Prométheus ?
    Sachant que le robot DAVID n’a plus de bras qui pilote le vaisseau ?
    Si l’archéologue EVENOU/RAPACE se met dans un sarcophage de stase, la nourriture (ou les nutriments) sera-t-elle compatible avec la morphologie terrestre ?

    Les scénaristes n’ont pas trop bûché la cohérence du scénario. Mais vu que c’est écrit en partie par le scénariste de « LOST » ne nous étonnons pas trop, parce que ce n’est pas la logique qui l’a étouffé celui-là.

    Dommage, l’ambiance générale du film est visuellement sympathique et très attractive, mais les personnages sont de grosses merdes sortis soit d’un pénitencier pour débiles profonds, ou juste sortis de leur collège de bouseux.

    J’ai même été étonné qu’ils ne fassent pas un feu de camp avec grillade de marshmallows !

    Je ne veux pas dégoûter ceux qui ne l’ont pas encore vu, mais vous ne seraient pas surpris par l’objet.
    Ces derniers temps, les studios américains nous produisent d’énormes bouses (des blockbusters pour adolescents — jusqu’à 25 ans —) bourrés d’explosions, de hurlements, de cascades et des effets spéciaux, mais sans fond, sans réflexion, sans personnages profonds.

    Ce film fait partie de cette catégorie : les « bousesbusters ».

    Patrick AUZAT-MAGNE

    ******************************

    • Mr_Mechant

      Alien et Prometheus se passent sur 2 planètes (ou lunes pour être précis), d’où cette prise totale de liberté.
      Mais sinon oui c’est les Singes de l’espace version Ridley Scott. A croire que dans le futur les voyages spatiaux seront si fréquents que n’importe qui pourra embarquer. Par moment Rapace parle tellement bizarrement que j’ai cru qu’elle avait les lèvres à moitié anesthésiées. Bien vu d’ailleurs pour Evenou, c’est tout à fait ça ! 🙂

  • Complètement d’accord sur la critique. Appelons un chat un chat.

Genre : Aventure, Fantastique, Science-fiction
Réalisation : Ridley Scott
Scénario : Damon Lindelof, Jon Spaihts
Bande-originale : Marc Streitenfeld
Durée : 124 min
Année de production : 2012
Sortie pays d'origine : 08/06/2012
Sortie française : nc
Certification US : R
Certification FR : nc
Budget : 130.000.000$
Box-Office : 403.170.142$
Production : Twentieth Century Fox Film Corporation, Dune Entertainment, Scott Free Productions, Brandywine Productions
Récompenses : Nominé pour 1 Oscar. Ainsi que 6 victoires & 42 nominations.
Pays : Royaume-Uni, États-Unis
Site Web : http://www.prometheus-movie.com/
Langue originale : Gaélique écossais, Anglais
Titre original : Prometheus
Distribution : Noomi Rapace, Michael Fassbender, Charlize Theron, Idris Elba
Synopsis : Lorsqu'Elisabeth Shaw découvre un mystérieux lien entre plusieurs artefacts au cours de ses recherches, elle est persuadée qu'il s'agit d'un indice remettant en cause l'origine de l'humanité sur Terre. Une équipe de scientifiques supervisée par Meredith Vickers et l'androïde David se lance alors dans un voyage spatial fascinant aux confins de l'univers, vers un monde inconnu. Là-bas, un affrontement terrifiant qui décidera de l'avenir de l'humanité les attends...
Voir la fiche IMDb
Metascore

Galerie photo


Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Something is wrong. Response takes too long or there is JS error. Press Ctrl+Shift+J or Cmd+Shift+J on a Mac.
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

  • Voilà ce qu’on aime…

    27 57 74 damien-thorn-bradley-james-damien-pilot
  • Derniers articles