Ciné

Publié le 7 août 2012 | par Mr Méchant

0

Rape Zombie: Lust of the Dead

On croit toujours que les limites du bon/mauvais goût (à vous de choisir) ont été atteintes en matière de , puis surgit toujours cette bobine inattendue qui vient vous prouver que non, on peut aller plus loin. D’un côté nous avions récemment eu L.A. Zombie, qui lui prouvait que c’étaient les limites de la médiocrité qui pouvaient être repoussées, puis d’un autre on avait Zombie Ass: Toilet of the Dead, signé par le trublion du genre qu’est Noboru Iguchi. Finalement il semblerait que ce Rape Zombie: Lust of the Dead soit celui qui réunisse tous les éléments pour être le plus extrême. Plus question d’un zombie qui se promène le zgeg à l’air et ranimant les morts à grands coups de dard dans la boîte à Kinder (cette phrase va très mal sonner dans Google Traduction), ici tous les hommes se sont transformés en errant le froc baissé et violant toute femme se trouvant sur leur chemin. Il est évident qu’un certain public féminin ne pourra pas tolérer une telle bobine, et c’est compréhensible, mais pourtant, sous la couche de crasse et de colle à postiche se cache un texte assez cru, ça n’est pas un virus, mais simplement l’évolution des hommes, et cela est d’ailleurs mis en avant pas une scène d’introduction où un mari bat et viole sa femme alors qu’il est encore pleinement humain. Puis c’est là aussi que l’approche devient intéressante, qu’est-ce qu’a d’humain un homme qui bat et viole sa femme ? Il n’a plus rien, il a juste autant de neurones que le plus idiot des .
Cependant le réalisateur Naoyuki Tomomatsu n’a pas voulu non plus nous embourber dans une critique des comportements de l’homme contemporain. Il place certes sa façon de penser, mais tout comme Romero avec Zombie, il ne cherche pas non plus à nous engluer dans une mélasse de réflexion, car nous sommes surtout là pour nous marrer devant un film au pitch WTF, accompagné de ses effets-spéciaux cheapos au possible, de gore, de ses expositions de poitrines nippones et de ses dialogues totalement absurdes. Et là-dessus on peut dire que nous ne sommes pas déçus ! La production a beau avoir été faite avec des bouts de ficelle, les donzelles sont loin d’être moches, et en plus ont des poitrines impressionnantes, au point que l’une d’elles explosera l’objectif d’une caméra avec son téton ! Faut dire qu’avec un casting comptant , qui n’est plus à présenter, on savait à quoi s’attendre !

Puis les maquillages sont quant à eux dans la veine des films de sauce rétro japonaise, tous plus ou moins ratés, et sans logique aucune, un coup ils ont les yeux dégoulinant de sang, un autre le visage blanc, et pour finir ont peut même les voir se promener avec des bouts de bidoche collés sur la tronche. Des détails cosmétiques qu’apprécieront les amateurs de craignos , si toutefois ils réussissent à se concentrer sur leur tête, car entre les actrices et la démarche de ces zombies qui courent le pantalon baissé (La marche de l’empereur en trashos quoi), difficile d’y faire trop attention, et surtout d’arrêter de rire. Le gore quant à lui est présent, mais l’on regrettera que la production n’y soit pas allée plus fort, comme le ferait une production Sushi Typhoon/Nikkatsu. On a bien des décapitations, des bites coupées, quelques bons bains de sang et des combats au katana faisant voler l’hémoglobine, mais malheureusement le « vrai » sang n’est utilisé que pour les plans rapprochés, de piètres CGI ayant été rajoutés en post-prod pour les plans larges.
Et pour finir les dialogues sont quant à eux très souvent clichés et versent dans une crétinerie inhérente au genre, survoltée et sans limites, soutenus par ceux des dirigeants, comme toujours à côté de leurs pompes, en plus d’être affreusement phallocrates.
Rape Zombie: Lust of the Dead est évidemment LA bobine à voir si l’on est amateur de cinéma BIS puissance mille façon nipponne. s’exprime à fond, ne se laisse pas brider par les contraintes de l’orientation pinku (érotique) de sa pellicule, lui conférant bien moins de budget que lorsqu’il travaillait avec Yoshihiro Nishimura sur Vampire Girl vs. Frankenstein Girl. Il nous prouve qu’avec un peu de talent et une équipe qui s’investit on peut arriver à fournir un divertissement comblant toutes les déviances qui ont pu traverser un jour l’esprit des zombies-addicts, en plus de faire passer un message.

Rape Zombie: Lust of the Dead Mr Méchant

En bref...

3.5


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d'Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l'occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



Genre : Horreur
Réalisation : Naoyuki Tomomatsu
Scénario : Naoyuki Tomomatsu, Ishikawa Jirou
Bande-originale : nc
Durée : 73 min
Année de production : 2012
Sortie pays d'origine : 10/09/2013
Sortie française : nc
Certification US : nc
Certification FR : nc
Budget : nc
Box-Office : nc
Production : Gensou haikyuu-sha Ltd.
Récompenses : nc
Pays : Japon
Site Web : nc
Langue originale : Japonais
Titre original : Rape Zombie: Lust of the Dead
Distribution : Rina Aikawa, Yui Aikawa, Kazuyoshi Akishima, Asami
Synopsis : Tokyo. Après une attaque nucléaire, la population féminine est devenue la proie d'hommes irradiés, transformés en zombies assoifés de sexe. Momoko, employée de bureau et Nozomi, infirmière, cherchent un abri dans un sanctuaire Shinto. Elles y rencontreront Kanae, femme au foyer et Tamae, l'écolière. Sans espoir, elles décident de s'armer pour combattre ces hordes de zombies violeurs. Comment s'en débarrasser pour de bon?
Voir la fiche IMDb

Galerie photo


Rape Zombie: Lust of the Dead - Bande-annonce VO

Loading the player...
Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Something is wrong. Response takes too long or there is JS error. Press Ctrl+Shift+J or Cmd+Shift+J on a Mac.
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

  • Voilà ce qu’on aime…

    90 Crying-Wolf-Trailer-Front Scare-Campaign-Trl-Front TNW_Main_Cast_Motage
  • Derniers articles