Ciné

Publié le 7 juillet 2010 | par Mr Méchant

2

Splice

Le retour de l’Homme-Ours-Porc.


Quand a sorti sa bombe Cube en 1997 la révélation a été immédiate. Un nouveau réalisateur/scénariste de talent était né.
Peu sont les réalisateurs qui peuvent se vanter d’avoir réalisé un film de qualité, pas cheap pour un sous, qui plus est avec de bons acteurs et ce pour seulement 350.000$, on est loin des budgets colossaux employés dans les films pseudo-fantastiques actuels qui ne sont en réalité que du tape à l’oeil dénué de toute réflexion.
Il enchaîna ensuite en 2002 avec le troublant Cypher, cette fois ci dans un genre bien plus action/thriller/, et avec un budget — légèrement — plus important (7,5millions de $) et connut encore une fois le succès critique et au box-office. D’ailleurs il n’attendit pas très longtemps pour sortir son nouveau film, en 2003, Nothing, encore une petite production canadienne, mais contrairement à ses deux premiers films est une comédie, même si le synopsis est clairement orienté .


Et ensuite plus rien, un silence qui aura duré 6 ans jusqu’à la présentation de Splice à divers festivals, notamment ceux de Sitges et de Sundance, et la réception du public et des jurys furent telles qu’une guerre pour l’achat du film commença entre Apparition, The Weinstein Company, Newmarket Films, First Look Studios, Samuel Goldwyn Films, mais ce fut finalement Dark Castle Entertainment qui eu le dernier mot début 2010. La machine fut immédiatement lancée à coups de trailers et des fake-websites, histoire de nous titiller bien comme y faut et augmenter la curiosité.
Bref jamais un film de Natali n’aura autant été buzzé et mis en avant, et au moins l’héroïne ne ressemble pas à une girafe bleue
Niveau casting tout le monde sera aux anges en voyant (Oxygen, Le Pianiste, et également cet été à l’affiche de Predators), la remarquable , qui malgré une carrière d’actrice discrète (Go, L’armée des morts), a su se faire remarquer à la réalisation/scénarisation en 2006 avec une nomination aux oscars pour son film Loin d’elle, l’inévitable , présent dans tous les films de Natali, et pour finir (Marjorie, la fille qui pète au lit dans Brice de Nice), qui offre une interprétation criante de vérité, comme si elle interprétait son propre rôle de mutante à usage unique qui sera renvoyée juste après dans les productions merdiques d’M6 (dont la suite de L’Amour Vache, et un nouveau, Demain je me marie).


Aussi fascinant qu’effrayant, Splice raconte l’histoire d’un couple de scientifiques spécialisés dans les pour le compte d’une grosse société pharmaceutique, N.E.R.D. (Nucleic Exchange Research Development), qui ont réussi à combiner l’ADN de plusieurs espèces pour en créer une nouvelle qui sert à la production de protéines. Seulement il suffirait d’y ajouter celui d’un être humain pour que la protéine soit beaucoup plus productive, ce qui leur sera tout de suite interdit par les hautes instances, trop de problèmes d’éthique rentrant en considération, le clonage humain étant toujours interdit. On en viendrait presque à se demander si les scientifiques ne sont pas calqués à chaque fois sur des enfants, vous leurs dites de ne pas faire quelque chose et ils le font quand même, et même quand les choses leurs échappent, plutôt que d’avouer leur bêtise et tout arrêter ils continuent inlassablement jusqu’à ce qu’il n’y ai plus du tout de retour possible.


Respectueux de l’héritage laissé par Cronenberg, Natali s’en donne à coeur-joie dans le massacre de toute forme de morale et nous fait revivre les moments de frissons et d’effroi que nous avions pu ressentir il y a 30 ans avec Chromosome 3, et va même jusqu’à nous imposer du Complexe d’Œdipe, agréablement dérangeant avec son père et violemment effrayant avec sa mère. On a même pitié de cette hideuse beauté jusqu’à la fin du film, tout comme on avait pu en ressentir pour Brundle-Mouche, le fait qu’elle soit muette et s’exprimant en couinant et glapissant comme un lapin en rajoutant beaucoup à son côté — en apparence — fragile, mais contrairement à ce dernier Dren nourrie des espoirs de vie humaine, tout comme le voulait un certain Pinocchio, création vivante mais indéfinie.
Indéniablement le revival de la manipulation génétique comme on n’en avait pas vu depuis une vingtaine d’années, dans lequel le beau se mélange avec l’ignoble et le sensuel avec le douloureux, comme si en plus de jouer avec la science Natali s’amusait avec nos sentiments et perceptions.
A, évidemment, ne pas laisser entre toutes les mains…

[rating:8.5]

Splice Mr Méchant

En bref...

4


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d’Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l’occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



Genre : Horreur, Science-fiction
Réalisation : Vincenzo Natali
Scénario : Vincenzo Natali, Antoinette Terry Bryant, Doug Taylor
Bande-originale : nc
Durée : 104 min
Année de production : 2009
Sortie pays d'origine : 04/06/2010
Sortie française : 30/06/2010
Certification US : R
Certification FR : nc
Budget : 26.000.000$
Box-Office : nc
Production : Gaumont, Dark Castle Entertainment, Senator Entertainment Co, Copperheart Entertainment
Récompenses : 4 victoires & 23 nominations.
Pays : Canada, France, États-Unis
Site Web : http://www.splicethefilm.com/
Langue originale : Anglais
Titre original : Splice
Distribution : Adrien Brody, Sarah Polley, Delphine Chanéac, Brandon McGibbon
Synopsis : Clive et Elsa sont des superstars de la science : ils ont réussi à combiner l'ADN de différentes espèces animales pour obtenir de fantastiques hybrides. Ils sont amoureux l'un de l'autre autant que de leur travail et veulent à présent passer à l'étape suivante : fusionner de l'ADN animal et de l'ADN humain.Lorsque le laboratoire pharmaceutique qui les finance refuse de les soutenir, Clive et Elsa décident de poursuivre leurs expériences en secret. Ils créent Dren, une créature étonnante dont la croissance rapide la fait devenir adulte en quelques mois. Alors qu'ils redoublent d'efforts pour préserver leur secret, leur intérêt scientifique pour Dren se mue peu à peu en attachement. Dren finira par dépasser les rêves les plus fous du couple... et leurs pires cauchemars.
Voir la fiche IMDb
Metascore

Galerie photo


Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Something is wrong. Response takes too long or there is JS error. Press Ctrl+Shift+J or Cmd+Shift+J on a Mac.
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

  • Voilà ce qu’on aime…

    76 91 Scare-Campaign-Trl-Front The-Slayers-Front
  • Derniers articles