Animation

Publié le 8 décembre 2011 | par Mr Méchant

1

The Prodigies

L’ à la Française patauge, bien que l’on ne manque pas de studios compétents (def2shoot, par exemple), mais les producteurs restent froids à l’idée d’investir dans un cinéma qui peut aussi bien être synonyme de gros jackpot que d’échec commercial. Les Minimoys auront été un bon exemple, remplissant les salles avec son premier opus et les vidant avec son second qui fit beaucoup de mal à Europacorp. Avant cela il y avait eu Kaena, très anonyme, et tout cela n’encourageait pas les producteurs à mettre les mains à la poche. C’est donc avec toute la bonne volonté du monde que le duo Antoine Charreyron et Viktor Antonov se sont lancés dans cette aventure afin de prouver que la pouvait fournir un produit d’ à la hauteur, et a fortiori destiné à un public adulte, esquivant la facilité qui consiste à faire chanter des lapins ou des canards. Au final, le pari a plus ou moins été réussi. Charreyron et Antonov l’avaient annoncé (dans diverses interviews), ils n’ont pas les moyens d’un grand studio Hollywoodien, et l’accent n’a donc pas été mis sur le photoréalisme, mais sur l’ambiance, les plans, les éclairages, les conditions météorologiques, ou encore l’. Donc sur ce point ça se révèle concluant, mais malheureusement la production souffre de l’effet Playmobil, avec des personnages anguleux, et surtout laids, souvent disproportionnés (les mains notamment, en plus d’être affublées de phalanges immondes), et manquant cruellement d’expression, empêchant le spectateur de s’y identifier. Hormis ce point technique, The Prodigies pêche sur un second, son histoire est quasi totalement dénuée d’intérêt, nous servant quelque chose de tellement déjà vu que la progression de l’aventure en devient pénible (ce qui est plus ou moins de leur faute, l’oeuvre étant adaptée de La Nuit des enfants rois). Le passage à l’adolescence entrecroisé de l’acquisition de nouveaux pouvoirs qui sèment le trouble lasse, et c’est finalement l’arrivée de scènes gores et crues ainsi qu’un final qui bouge pas mal qui viendront remonter un peu le constat qui s’avérait peu glorieux.


Bref, The Prodigies est une tentative, mais pas vraiment une bonne. On pourrait dire que qui ne tente rien n’a rien, ce qui n’est pas faux, mais il est regrettable que le scénario ne soit pas venu remonter l’esthétique comme l’on aurait pu l’espérer.
En ce qui concerne le doublage, vise à côté, probablement car ça n’est pas son métier, et c’est heureusement (la voix Française de Susan dans Desperate Housewives, entre autres), largement chevronnée, qui impose son talent en doublant Ann, la femme du personnage que double Kasso (Jimbo).
A noter un clin d’œil esthétique à REZ (visible dans la bande-annonce), affichant sur les écrans quelque chose de très similaire au stage final du jeu.
Pour conclure, si vous espériez enfin avoir un long-métrage venant redorer le blason de l’ à la Française, mais surtout vous divertir, ce film n’y arrivera pas, du moins pas totalement. Si vous n’êtes pas trop regardant au niveau de la technique et que l’histoire n’est pas pour vous du déjà-vu, peut-être y trouverez-vous plus votre compte, mais rien n’est garanti.
Mention spéciale pour Ann, le seul personnage sur lequel on aura rien à redire, son esthétique étant réussie et son doublage, comme dit plus haut, largement satisfaisant, contribuant à créer au moins un personnage attachant.

The Prodigies Mr Méchant

En bref...

2


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d’Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l’occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



  • alors là je ne suis pas du tous d’accord j’ai adoré ce film (pour une fois que je fais au cinéma) j’ai trouvé le scénario vraiment sympa, je me rappel avoir lu le livre au collège (je l’ai racheté après avoir vu le film) l’animation est pas trop dégueulasse, certes les persos secondaire manque un peux de charisme mais j’ai vraiment aimé …

Genre : Animation, Science-fiction
Réalisation : Antoine Charreyron
Scénario : Matthieu Delaporte, Alexandre de La Patellière
Bande-originale : nc
Durée : 87 min
Année de production : 2011
Sortie pays d'origine : 01/03/2012
Sortie française : 07/06/2011
Certification US : nc
Certification FR : U
Budget : nc
Box-Office : nc
Production : Onyx Films, Fidélité Films, Scope Pictures, Studio 37, Luxanimation
Récompenses : nc
Pays : Luxembourg, France, Royaume-Uni, Inde, Belgique, Canada
Site Web : nc
Langue originale : Anglais, Français, Allemand
Titre original : The Prodigies
Distribution : Jeffrey Evan Thomas, Dominic Gould, Moon Dailly, Lauren Ashley Carter
Synopsis : Imaginez-vous doté d’une intelligence surhumaine, du pouvoir de contrôler les autres par la force de l’esprit, de les transformer en marionnettes dépourvues de volonté, obéissant à vos ordres les plus fous… Ce don fascinant et terrible Jimbo Farrar le connaît bien car depuis son enfance, il le possède. Brillant chercheur à la tête de la Fondation Killian pour enfants surdoués, très amoureux de sa femme Ann, Jimbo n’a qu’un but : trouver d’autres prodiges comme lui. Il imagine alors un jeu en ligne d’une complexité extrême et finit par découvrir cinq adolescents qu’il décide de réunir à New York...
Voir la fiche IMDb

Galerie photo


The Prodigies - Bande-annonce VF

Loading the player...
Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Feed with such ID does not exist
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

    • We cannot display this gallery