Ciné

Publié le 8 juin 2011 | par Mr Méchant

8

Tucker & Dale fightent le mal


Véritable coup de grisou sur la toile, Tucker et Dale ont fait parler d’eux plus que n’importe quel direct-to-dvd, et ont largement accumulé les récompenses lors de différents festivals (AMPIA, Fant-Asia, SXSW, Sitges…). Ecrit et réalisé par deux inconnus qui signent là leur premier long-métrage, c’est d’autant plus une surprise, une comme l’on en avait pas eu depuis Edgar Wright et son Shaun of The Dead.
En matière de films d’ et d’épouvante, la majorité des productions se suivent et se ressemblent, chacun essayant de copier ce que le précédent a fait, sans innover, creusant les filons qui marchent en salles, et donnant au final l’impression de voir continuellement la même chose. Tucker & Dale vs Evil prend une direction tout autre, nous proposant une farce hilarante riche en gore à la façon de Shaun of the Dead (qui nous ramène déjà 7 ans en arrière) et qui fait figure de véritable vent de fraîcheur. Pour une fois les bouseux ne sont pas les méchants, mais les gentils, et les ados fumeurs de joints ne sont pas les proies, mais les prédateurs. Tout cela part à la base d’un gros quiproquo sur les apparences trompeuses, mais c’est génial, intelligent, évident, au point de se demander pourquoi personne n’y avait pensé plus tôt.
On pourrait se dire que la recette ne fonctionnerait qu’un moment, mais les scénaristes avaient bien plus dans leurs bagages qu’une simple bonne idée; tout au long du métrage ils se renouvellent, nous servant une multitude de façons d’illustrer cette méprise, et nous feraient presque monter les larmes aux yeux tellement on se fend la pomme.
Le réalisateur, , choisit d’user d’un champs et contre-champs afin de scinder les perceptions des deux groupes et nous faire comprendre leurs motivations. Tucker et Dale sont ingénus au point de ne pas comprendre que les jeunes sont effrayés par eux, et ceux-ci, à l’inverse, sont déterminés à les exterminer, persuadés qu’ils sont deux maniaques comme l’on en voit dans tous les films.
Craig et , son co-scénariste, présentent de façon claire pour le badaud que l’habit ne fait pas le moine, mais la véritable réflexion est ailleurs. La profusion de péquenauds tueurs dans les longs-métrages a un effet négatif, et franchement, qui n’aurait pas peur de deux types à l’apparence codifiée comme effrayante s’il les croisait dans un bois ? (il est également bon de préciser que cet effet se fait surtout ressentir aux States, riche en hillbillies, white trash et rednecks — aparté intéressant, l’album d’Everlast, White Trash Beautiful, qui essayait de redorer un peu le blason de cette population sédentaire et en apparence peu chaleureuse, néanmoins enfants des bâtisseurs de l’Amérique, mais trop souvent ridiculisés) Le cinéma a une influence, et l’on se rappelle évidemment de l’impact désastreux qu’ont eu les productions à base de requins auprès du public. Un film original qui condamne le manque d’originalité et la surabondance de stéréotypes dans le cinéma, et nous ramène à ce qui était dit plus haut, on peut innover plutôt que constamment copier sur ses petits camarades, et a fortiori colporter un message de tolérance, même dans un film d’.

Bref, Tucker & Dale vs Evil est le nouveau Shaun of the Dead, et est probablement ce que l’on a vu de plus drôle dans le genre comico-horrifique durant ces 10 dernières années. Une folie pure, un orgasme de vieux môme qui a grandi avec Evil Dead, Bad Taste et Brain Dead, c’est un véritable cadeau qui est fait aux amateurs du genre, qui malgré tout auront une raison de râler, et pour cause, le film est privé de sortie en salles (hormis quelques brèves projections dans des festivals), et réservé au marché direct-to-dvd. Une injustice, surtout quand on voit l’amoncellement de merdes pseudo-inspirées qui polluent les cinémas (Scream 4, juste par exemple). Note de dernière minute : Wild Bunch distribuera le film en France, qui aura même le droit à une exploitation ciné début 2012 !
On se montrera néanmoins quelque peu dubitatifs vis-à-vis d’une fin légèrement tirée par les cheveux et détonant du reste, mais ça serait pinailler pour des broutilles, la pellicule méritant largement les honneurs.
Grosse cerise sur le gâteau, et non des moindres, la présence de deux trublions semblant nager dans leurs rôles comme des poissons-chats dans un repère de poissons-souris, dont le grand (enfin gros, mais grand quand-même) , rescapé de la série Reaper (Le Diable et Moi en VF), et qui avec sa tronche sera sûr de garder pour longtemps un public de fans insatiables, mais aussi , lui aussi rescapé d’une excellente série injustement stoppée, Firefly (Aiya Huaile !), et étant accroc aux deux, ce fut pour moi un plaisir d’autant plus décuplé.
Pour conclure, les amateurs de cinéma gore et humoristique auront là une véritable dinde de Thanksgiving, bien dodue, bien farcie, et sur son délicat lit de fayots fleurant bon le Wyoming (même si c’est filmé à Alberta). Les moins réceptifs à la bidoche ou les plus blasés par le genre auront quant à eux tout intérêt à y jeter un oeil car justement, les apparences peuvent souvent être trompeuses…
Mention spéciale pour le duo Labine/Tudyk, qui se partagent une grosse tête d’affiche, qui, espérons-le, les mettra sur les devants de la scène afin de leur accorder tout le succès qu’ils méritent.

[rating:8]

Tucker & Dale fightent le mal Mr Méchant

En bref...

4


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d’Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l’occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



  • Vraiment dommage pour cette production. Encore une déception digne de celle de Scott Pilgrim.

  • J’adore dans tes pubs Google, on me propose de rencontrer des femmes mulsulmanes. Bravo la correspondance avec ton site :whistle:

    • Normal il trouve rien qui colle avec Tucker & Dale, du coup il se base sur « Women Without Men » qu’il trouve dans le code html et fout des pubs pour des femmes musulmanes. La logique selon un ordinateur ^^

      • La logique selon Google plutôt 😆

        • Moloko

          C’est pas plutôt en fonction des recherches faites dans le google de ton navigateur qu’il va piocher ça?

  • Tzameti

    Tucker & Dale n’est pas le nouveau Shawn of the Dead !!

    C’est un film qui se veut drole et gore c’est le seul point commun,c’est sympa,on rigole bien pendant la première moitié du film mais voila, Shawn of the Dead c’est un peu plus qu’une idée sympa tiré sur une heure et demie,j’veux dire le meurtre par accident une fois, deux fois ok… mais bon tout le long c’est tout de suite moins drôle.

    Enfin voila j’voulais juste dire sa faut pas déconner non plus, le mec qui a fait la critique au dessus devait être défoncé à la projection, à mon avis si vous etes un vieux môme qui a grandi avec Evil Dead, Bad Taste et Brain Dead ce film n’aura pas dutout l’air d’un cadeau fait au film du genre, si vous n’avez pas vu ces films peut être un peu j’imagine.

    m’enfin sa se laisse regarder quand même hein c’est juste pas si génial que laisse penser les critiques que j’ai pu lire sur le net

    P.S il n’y aura jamais de nouveau Shawn of the Dead 😉

  • J’ai pas du tout eu le même engouement que toi pour le film. J’ai rigolé, j’ai aimé mais sans plus. J’ai plus été interpellé par les faux raccords (non je ne suis pas une obsédée des boobs mais y a des plans qui marquent…)
    Par contre le duo Labine/Tudyk j’adhère à fond. Décalé et plaisant. J’avoue que le coup du look avec la serpe de la grande faucheuse, j’aurai détalé direct.
    Pour l’exploitation ciné, 10 salles seulement sur Paris cette semaine. Pas énorme surtout vu la Vérité en face (qui est pas bon… sac à vomi).

    • Bof les faux raccords je m’en fout un peu, au pire ça en rajoute que plus à la rigolade. Et puis ce film c’est du bricolage et c’est presque une gloire qu’une production de ce genre soit projetée dans 130 salles (faut pas oublier que y’a pas que Paris en France, et Wild Bunch savait que les Parisiens sont des gros downloaders et qu’ils ont déjà tous vu le film depuis un an, alors qu’en province il est déjà moins connu !).

Genre : Comédie, Horreur
Réalisation : Eli Craig
Scénario : Eli Craig, Morgan Jurgenson
Bande-originale : Mike Shields
Durée : 89 min
Année de production : 2010
Sortie pays d'origine : 09/12/2010
Sortie française : 23/04/2011
Certification US : R
Certification FR : nc
Budget : 5.000.000$
Box-Office : 5.476.793$
Production : Eden Rock Media
Récompenses : 9 victoires & 13 nominations.
Pays : Canada, États-Unis
Site Web : http://www.magnetreleasing.com/tuckeranddalevsevil/
Langue originale : Anglais
Titre original : Tucker and Dale vs. Evil
Distribution : Tyler Labine, Alan Tudyk, Katrina Bowden, Jesse Moss
Synopsis : Tucker et Dale sont deux gentils péquenauds venus se ressourcer en forêt. Ils y rencontrent des étudiants venus faire la fête. Suite à un quiproquo entraînant la mort d’un des jeunes, ces derniers pensent que Tucker et Dale sont des serial killers qui veulent leur peau, alors que nos héros pensent que les jeunes font partie d’une secte et qu’ils sont là pour un suicide collectif ! C’est le début d’un gigantesque malentendu dans lequel horreur et hilarité vont se mélanger...
Voir la fiche IMDb
Metascore

Galerie photo


Tucker & Dale vs Evil - Bande-annonce VO

Loading the player...

Tucker & Dale fightent le mal - Bande-annonce VOST

Loading the player...
Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Something is wrong. Response takes too long or there is JS error. Press Ctrl+Shift+J or Cmd+Shift+J on a Mac.
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

  • Voilà ce qu’on aime…

    62 punisher-histoire-secrete-front 2-Lava-2-Lantula-Insect needlestick-killer
  • Derniers articles