Big Ass Spider ! [2013]

LIRE LA CRITIQUE

Genre : Action, Comédie, Science-fiction
Réalisation : Mike Mendez
Scénario : Gregory Gieras
Bande-originale : nc
Durée : 80 min
Année de production : 2013
Sortie pays d'origine : 10/10/2014
Sortie française : nc
Certification US : PG-13
Certification FR : nc
Budget : nc
Box-Office : nc
Production : Epic Pictures Group, Snowfort Pictures
Récompenses : 1 victoire & 1 nomination.
Pays : États-Unis
Site Web : http://www.facebook.com/BigAssSpider
Langue originale : Anglais
Titre original : Big Ass Spider!
Distribution : Greg Grunberg, Lin Shaye, Ruben Pla, Alexis Kendra
Synopsis : Une araignée d'origine extraterrestre dont la taille s'accroît très rapidement s'échappe d'un laboratoire militaire et sème la dévastation à Los Angeles. Une équipe militaire dirigée par le major Braxton Tanner et le lieutenant Karly Brant tente de l'arrêter, tout comme l'exterminateur d'insectes Alex Mathis qui fait équipe avec l'agent de sécurité d'hôpital José Ramos.

tomatometer

76

Note Moyenne: 5.7/10
Votes Comptés: 25
Frais: 19 | Pourri: 6

Voir la fiche IMDb
Metascore

Galerie photo


Critique

Oh putain Dieu nous a entendu mes frères ! Enfin un buddy-movie horrifique qui n’est pas à base de zombies ! Enfffiiiinnn !!! Bon, pardonnez cette excitation démesurée, mais faut bien avouer qu’il y en a un peu marre des tous ces blurays qui s’empilent dans les magasins et arborant des slogans tous plus pédants les uns que les autres, comme « Le nouveau Shaun of The Dead ! » ou « Plus fort que Zombieland et Very Bad Trip réunis ! ». Les zombies on aime ça, mais c’est comme la pâte à crêpe, faut laisser ça reposer un peu sinon vos morts-vivants sont pleins de grumeaux — euh non, c’était pas ça la métaphore, enfin bref vous m’avez compris…
Donc le « dieu » qui nous a servi ce divertissement c’est Mike Mendez, petite autorité en la matière, surtout grâce à Serial Killers et Le Couvent. D’ailleurs tout comme avec Le Couvent Mike a choisi le second degré et l’humour potache, on est en plein buddy-movie absurde où la moitié des personnages sont de gros attardés. Sérieusement, comment croire qu’un simple dératiseur soit plus efficace qu’une armée entière, armée qui il faut le savoir connait l’adversaire qu’elle chasse ? On s’en fout, et idéalement rajoutez un indispensable sidekick, heureusement pas un black agaçant façon Martin Lawrence, mais un mexicain agent de sécurité un poil débilos et toujours là pour placer une réplique pouffante.
Evidemment, si la plupart des buddy-movies horrifiques sont à base de zombies, c’est parce que les zombies ça coute pas cher et ça se vend bien, en revanche faire une pellicule avec une araignée qui atteint une taille lui permettant de faire assez rapidement celle d’un immeuble coute de l’argent, beaucoup d’argent. L’option de la production a été de faire faire les effets-spéciaux par une boite située au Pakistan, Ice Animation, mais si ce choix a permis de fournir des money-shots qui en foutent plein la gueule (compte-tenu du budget), la communication semble avoir été très difficile, de même que l’organisation. Certaines scènes sont affreusement mal incrustées, avec des acteurs filmés sur fond vert, tentant d’échapper à la bestiole, alors que derrière eux défile l’écran calculé par des pakistanais qui devaient manquer cruellement d’indications. Ça n’est pas non plus un naufrage visuel, mais pour qu’il soit réellement comparable à Shaun of The Dead il aurait fallu que tout soit techniquement parfait, or ça n’est pas le cas, et bien que Big Ass Spider soit un produit particulièrement divertissant et drôle, sans oublier le gore et l’action pure et dure, rebutera du monde à cause de quelques malheureux ratés.
En revanche, comme dit juste avant, Big Ass Spider est parfaitement abouti au niveau de son écriture; on se bidonne devant cette histoire absurde, on suit deux héros bras-cassés qui font passer l’armée américaine pour une bande de débiles profonds, le tout s’enchaine à un rythme effréné sans laisser de temps morts, et heureusement l’araignée est moins timide que celle du récent Spiders et n’hésite pas à se faire un petit casse-croute — très juteux — en plein jour au beau milieu d’un parc où de nombreuses familles sont venues passer un bon moment…
Ah, et je ne vous avais pas dit que la scène d’introduction commence sur un formidable slow-motion avec en fond une cover acoustique de « Where is my mind ? » ? Non ? Bon, et bien maintenant vous savez que dès la première minute du métrage vous allez dire « oh yeah ! » (et la deuxième fois ça sera lorsque vous verrez Lloyd Kaufman)

7/10

Auteur : Mr Méchant
Bio : Fan d'Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l'occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.
RETOUR EN HAUT

Dans le même genre...

 
RETOUR EN HAUT

Nous suivre

  • http://www.facebook.com/SlashersHouse
  • http://www.twitter.com/SlashersHouse
  • http://www.youtube.com/user/SlashersHouse

2015-2017 © Gillian Grant | Powered by DoorGets