Ciné

Publié le 14 janvier 2014 | par Mr Méchant

0

Open Windows

Le sur Internet et le found footage c’est has been, même si certains réussissent à se remplir encore les poches avec le deuxième, qui peine à se renouveler. Le premier lui on y a eu droit avec Traque sur Internet ou Une souris verte, et franchement ça ne donnait pas envie d’en voir plus.
(Timecrimes, Extraterrestre, The ABCs of Death), réalisateur bien allumé made in Spain tente l’improbable, réunir les deux en un pour tenter d’offrir une expérience cinématographique inédite. Pour le coup, réunir deux genres puants c’est effectivement de l’inédit. Cependant on sait très bien que le patrimoine génétique des parents n’a rien à voir avec les enfants surdoués, et ça il l’est ce petit Open Windows, un enfant surdoué.
Il nous place au milieu d’une machination où un jeune asocial obsédé par une starlette est convaincu d’avoir gagné un diner avec elle, or il n’en est rien, et un mystérieux maitre chanteur va le pousser progressivement dans des situations lui faisant commettre l’irréparable et l’accusant de facto, le tout via Internet et diverses caméras/webcams. C’est plutôt sympathique comme pitch, ça use intelligemment de la technologie, bien qu’elle soit considérablement altérée pour les besoins de la narration, le rythme monte crescendo et est mené tambour battant, il n’y a pas à dire, le stress monte peu à peu durant ce anxiogène à la mise en scène exemplaire.
Malheureusement, si Open Windows est un enfant surdoué en ce qui concerne la mise en scène, ou du moins celle incluant , le reste semble avoir été confié à des équipes secondaires surdouées dans la glandouille. Les acteurs sont pitoyables, la crédibilité en dessous du seuil zéro, c’est de la destruction pure et simple d’un travail qui avait tout chef d’oeuvre. On baigne dans l’essai de style façon Blow Out ou Body Double de Brian de Palma (pour le côté voyeur), voire le Fenêtre sur cour d’Alfred Hitchcock (davantage pour la sensation d’étouffement), mais ces impardonnables erreurs font que le métrage retombe bien plus bas.
Open Windows est un petit bijou de contemporain mais aussi un exemple de manque total de coordination entre les équipes. Parfois éloigné de la réalité quant aux aspects techniques informatiques et brouillon lorsque n’est pas à l’écran, le réalisateur réussit à faire oublier ces détails avec une réalisation aux petits oignons. A néanmoins regarder en pleine forme car son format particulier pourrait vous flanquer la migraine.

Open Windows Mr Méchant

En bref...

3


Note visiteurs: 0 (0 votes)

Tags: , , , , , , , , , , ,


A propos de l'auteur

Fan d'Uwe Boll et Paul W.S. Anderson. Aime à l'occasion oublier les nanars pour regarder du vrai cinéma comme celui de Robert Parrish, Franklin J. Schaffner ou Rudolph Maté, de la bonne sci-fi tu vois, pas du singe teubé.



Genre : Action, Policier, Thriller
Réalisation : Nacho Vigalondo
Scénario : Nacho Vigalondo
Bande-originale : Jorge Magaz
Durée : 100 min
Année de production : 2014
Sortie pays d'origine : 02/10/2014
Sortie française : 07/01/2015
Certification US : nc
Certification FR : nc
Budget : 4.000.000$
Box-Office : 100.000$
Production : Wild Bunch, Sayaka Producciones Audiovisuales, Apaches Entertainment, LA Panda, Atresmedia Cine
Récompenses : 2 victoires & 5 nominations.
Pays : France, États-Unis, Espagne
Site Web : nc
Langue originale : Espagnol, Anglais
Titre original : Open Windows
Distribution : Elijah Wood, Sasha Grey, Neil Maskell, Michelle Jenner
Synopsis : Nick est un homme comblé : ce soir, il dîne avec Jill Goddard, la plus sexy des actrices, grâce à un concours en ligne. Mais au dernier moment, la star annule…. Dans la soirée, un homme mystérieux contacte Nick et lui propose d’espionner son idole via son ordinateur. En acceptant, Nick se retrouve pris dans un terrible engrenage…
Voir la fiche IMDb
Metascore

Galerie photo


Revenir en-haut ↑
  • La vilaine pub

  • Notre Instagore

    Something is wrong.
    Instagram token error.
  • Facebook

  • Vidéo du mois

  • Commentaires récents

  • Voilà ce qu’on aime…

    2 61 84 Drive-in-grindhouse-Regis-Duboit-Couverture
  • Derniers articles